DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Faut-il amnistier les crimes de guerre en Afghanistan au nom de la réconciliation nationale?

Vous lisez:

Faut-il amnistier les crimes de guerre en Afghanistan au nom de la réconciliation nationale?

Taille du texte Aa Aa

25.000 Afghans ont manifesté dans un stade de Kaboul pour défendre le projet de loi d’amnistie adopté il y a quelques jours par le parlement, dominé par les puissants chefs de guerre du pays, et dont les milices ont bien des comptes à rendre avec le passé…. “ Il est important de montrer sa solidarité avec les combattants afghans qui se sont battus par milliers pendant le jihad contre l’Union Soviétique, et aussi pour libérer l’Afghanistan des Talibans et d’al Qaeda “ estime ici l’ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah.

La question est pourtant bien délicate. Les défenseurs des droits de l’homme et la mission de l’ONU contestent la légitimité de cette loi. En décembre, Human Rights Watch a réclamé la mise en place d’un tribunal pour juger les criminels de guerre afghans, et début février, la présidence a jugé ce texte contraire à la constitution.

Le Premier ministre Hamid Karzai, qui doit promulguer la loi, est dans l’embarras. S’il la rejette, il risque de s’aliéner les puissants seigneurs de guerre, parties prenantes aujourd’hui de la reconstruction du pays: des hommes présents au stade de Kaboul, comme l’ancien président Burhanuddin Rabbani ou encore l’homme fort d’Hérat et ministre de l‘énergie Ismael Khan…

Des hommes étroitement liés aux conflits sanglants des années passées : plus d’un million et demi d’Afghans ont été tués, des milliers d’autres torturés ou violés pendant la lutte contre les soviétiques et la guerre civile qui a suivi entre 92 et 96. La prise de Kaboul par les Talibans en 96 marquera le début d’un nouveau conflit avec les chefs de guerre de l’Alliance du Nord, jusqu‘à la prise de Kaboul fin 2001, grâce au soutien militaire américain. Plusieurs de ces commandants siègent aujourd’hui au Parlement et au gouvernement, aux côtés d’anciens communistes et d’ex-talibans.

Alors que les analystes jugent 2007 déterminante pour l’issue de la guerre en Afghanistan, il serait donc dangereux de diviser encore plus le pays.