DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cinq ans et demi après la chute des Talibans, quels renforts alliés en Afghanistan?

Vous lisez:

Cinq ans et demi après la chute des Talibans, quels renforts alliés en Afghanistan?

Taille du texte Aa Aa

Cinq ans et demi après l’opération “Liberté immuable” lancée par les Anglo-américains, la situation en Afghanistan est bien immuable, mais la liberté toujours pas retrouvée. Le bourbier irakien a fait oublier dans l’actualité celui d’Afghanistan pourtant bien réel.

En début de mois, la question est revenue sur le devant de la scène au sommet de l’Otan de Séville. Le secrétaire américain à la Défense a réclamé un effort de la part des alliés européens, pour faire face à une nouvelle menace d’offensive des talibans. Le Secrétaire géneral de l’Alliance a abondé dans ce sens : “ Plus de personnel et de fonds seront affectés à l’entraînement, on va distribuer des équipements supplémentaires à l’armée et à la police afghanes. Il y aura plus de troupes au sein de lISAF, pour améliorer encore les conditions de la reconstruction et du développement”.

Mais la plupart des grands pays européens traînent des pieds pour renforcer leurs effectifs sur le terrain. La Grande-Bretagne, qui réduit les siens en Irak a annoncé l’envoi de 1400 hommes supplémentaires en Afghanistan alors que l’Italie par exemple est en pleine polémique sur le maintien de son contingent.

En juillet dernier, l’Otan a pris le commandement des opérations militaires sur la totalité du territoire afghan. Jusque là cantonnée à la sécurité de la capitale, du nord et de l’ouest, plus sûrs, l’Alliance a endossé la responsabilité du sud puis de l’est, des zones particulièrement à risques et jusque là sous contrôle américain.

Aujourd’hui la “force internationale d’assistance à la sécurité” de l’Otan, l’Isaf, regroupe 37 pays. En gros, la sécurité au sud et à l’est est assurée par les Anglo-saxons, surtout britanniques et américains, les Allemands sont au nord, les Italiens à l’ouest et les Français à Kaboul. Les plus gros contingents sont également fournis par les anglo-américains. Au total, plus de 35 000 hommes sont présents en afghanistan.

Les plus nombreux, les plus exposés et les plus visés, les Américains sont régulièrement la cible d’attentats et de manifestations réclamant leur départ. Depuis la chute du régime taliban en 2001, la situation s’aggrave chaque année. en 2006, 4000 personnes ont été tuées dans les combats ou les attentats, et les Talibans sont loin d‘être hors d‘état de nuire.