DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Soyouz vient consolider l'alliance spatiale russo-européenne

Vous lisez:

Soyouz vient consolider l'alliance spatiale russo-européenne

Taille du texte Aa Aa

Une fusée russe Soyouz, un mythe de la conquête de l’espace, sur le point de décoller depuis la base de Sinnamary en Guyane française… Ce sera une réalité à partir de la fin 2008.

Tout juste inauguré ce lundi, le chantier, dont les travaux ont commencé en 2005 est le résultat du programe “Soyouz en Guyane”, dont les promoteurs sont les agences spatiales européenne, l’ESA, et russe, Roscosmos. Le maître d’oeuvre des travaux c’est le CNES, le Centre National d‘études Spatiales français. Explication de Jean Marc Astorg, chef du projet CNES-Soyouz: “ Pour réussir ce projet, il faut beaucoup de discussions entre le spécialiste russe et le spécialiste européen. Chaque détail du projet doit faire l’objet d’un accord, et pour arriver à un accord, compte-tenu des différences de langues et de cultures, il faut beaucoup discuter. Mais au final, les lois de la physique sont les mêmes en Russie et en Europe.”

La partie russe apporte au projet la technologie et la fusée Soyouz. Mise en service en 1957, elle a réalisé plus de 1.718 lancements à ce jour; elle a mis en orbite terrestre 1.661 satelites et a envoyé dans l’espace 91 astronautes russes, et 40 étrangers. Robuste et fiable, ce lanceur moyen vient combler le “trou” entre le gros lanceur Ariane 5, et le futur lanceur léger Vega. Depuis Baïkonour, Soyouz emporte 2 tonnes dans l’espace, mais depuis la Guyanne, c’est une tonne de plus gratuite que Soyouz emportera grâce à l’effet de fronde de l’Equateur.

Sur le nouveau site de lancement, Soyouz sera transporté par train, tout comme à Baïkonour, et peut être que la tradition sera reprise : celle de placer des pièces de monnaie sur les rails pour qu’une fois écrasées, elles deviennent des porte-bonheur.