DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les salariés d'Airbus entre amertume et incrédulité, spleen à Toulouse

Vous lisez:

Les salariés d'Airbus entre amertume et incrédulité, spleen à Toulouse

Taille du texte Aa Aa

On savait que ce serait un coup de massue, depuis plus de cinq mois on s’y préparait, mais en Allemagne comme en France, difficile d’y croire. Ici, à Varel, le site va être cédé. Les ouvriers ont cessé le travail jusqu‘à vendredi. Pour ces employés, c’est le choc : “Je ne peux imaginer que ça ferme, il y a tellement de compétences ici, le groupe ne peut pas s’en passer” dit cet allemand, même son de cloche chez cet autre salarié: “Incroyable, quand on fabriquait 200 avions par an, ça fonctionnait bien, et maintenant qu’on en fait 438, on ferme…”

A Toulouse, le siège d’Airbus, onze cent emplois vont être supprimés. A l’appel des syndicats, un millier de salariés ont manifesté cet après-midi. La ville vit au rythme de son industrie aéronautique, pour eux, c’est une énorme déconvenue. “ Cela nous fait beaucoup de clients dit cette buraliste, si on les perdait, ce serait un problème”. “Oui, je suis inquiet, reconnait cet autre toulousain, mon petit-fils y travaille.”

Ce sont tous les Toulousains qui ont le cafard ce soir.