DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Interview du Président ukrainien Viktor Iouchtchenko

Vous lisez:

Interview du Président ukrainien Viktor Iouchtchenko

Taille du texte Aa Aa

L’Europe et l’Ukraine viennent d’entamer les négociations pour un accord de coopération renforcée. En dépit des tensions politiques en Ukraine et de l’absence de promesses claires de la part de l’Union européenne, Viktor Iouchtchenko pense que son pays est toujours en bonne voie. C’est de cela qu’EuroNews est venu discuter avec lui au cours d’une brève visite à Bruxelles.

Euronews : “L’Ukraine a commencé les négociations avec l’Union européenne en vue de signer un accord de coopération renforcé. Deux ans après la “révolution orange”, votre pays a maintenant un véritable instrument pour ajuster au niveau officiel les relations avec Bruxelles. Quels sont pour vous Monsieur le Président les points les plus importants de cet accord ?”

Viktor Youchtchenko : “Cet accord doit donner des réponses et pas seulement sur la feuille de route à suivre dans les deux ou trois prochaines années. Il doit nous montrer ce que nous devrions faire, en commençant par exemple par le thème du libre échange, et en finissant par les perspectives européennes pour l’Ukraine. Je dirais que c’est le point le plus important mais aussi le plus délicat. Nous comprenons l‘état d’esprit, indépendamment de l’attitude envers l’Ukraine, qui est celui actuellement de l’Union Européenne. Certains appellent cela de la fatigue, d’autres expliquent cela par les difficultés d’ordre constitutionnelles. L’Ukraine participe au marché européen de manière très responsable. Nous aimerions pouvoir évoquer l’association des réseaux énergétiques. Nous souhaiterions en fait que l’Ukraine soit à l’intérieur des réseaux énergétiques européens.”

Euronews : “Kiev considère ce nouvel accord avec Bruxelles comme une étape nouvelle en vue d’une association politico-économique entre l’Ukraine et l’Union européenne. Mais l’Union européenne vous a envoyé un signal clair, pas d’agrandissement dans un futur proche. Est-ce que l’Ukraine est prête à attendre, et combien de temps ?”

Viktor Youchtchenko : “Je pense qu’il ne faut “jamais dire jamais”. L’Ukraine n’est pas un pays asiatique. C’est un pays européen, et d’ailleurs, géographiquement parlant, le centre de l’Europe est en Ukraine.”

Euronews : “L’Union Européenne s’intéresse à l’Ukraine en tant que partenaire stable, et avant tout en tant que partenaire dans le domaine de l‘énergie. Les garanties que vous pouvez donner à Bruxelles dépendent en partie de vos relations avec Moscou. Où en êtes vous avec la Russie après le conflit sur le gaz de l’an dernier ?”

Viktor Youchtchenko : “La Russie est un facteur qui doit être pris en considération, nous voulons construire notre relation avec la Russie en même temps que notre relation avec l’Europe prend forme. Nous comprenons très bien que notre route vers l’Union européenne est liée à de bonnes relations avec la Russie. Personne ne veut voir à l’intérieur de l’Union européenne un pays qui aurait des problèmes bilatéraux avec un autre pays, nous comprenons cela parfaitement. L’Ukraine et la Russie ont aujourd’hui un nouveau mode de relations, dans lequel des principes d‘égalité sont présents, égalité dans le partenariat et dans les intérêts. Je veux exprimer ce que l’on sait déjà parfaitement : Les relations avec la Russie n’ont jamais été simples pour personne.”

Euronews : “Le souhait américain de placer son système de défense anti-missiles en Europe de l’Est entraîne des questions au sein de l’Union européenne, et une réaction très vive de la Russie. Quelle est la position de Kiev ?”

Viktor Youchtchenko : “Pour parler clairement il est nécessaire de penser à l’intérêt national de l’Ukraine. Il y a deux niveaux si nous voulons formuler une réponse à cette question. Il y a en premier lieu les relations bilatérales entre les Etats-Unis et la Russie que je ne souhaite pas commenter maintenant. Il y a aussi les questions liées au caractère européen, je dirais même au caractère collectif. Le développement d’un système de défense, dans n’importe quelle partie du monde, y compris en Europe, consolide la paix.
Si chaque territoire, si chaque pays est mieux protégé, s’ils ont leur propre dispositif de sécurité, et plus précisément de défense, alors dans ce cas une existence paisible peut s’installer. Il est question ici de placer des composants qui ont un caractère défensif, qui serviront les intérêts non seulement de la Pologne et de la République Tchèque, mais certainement aussi de toute l’Europe. Le développement d’un modèle commun est toujours meilleur, plutôt que le développement d’un système de confrontation bipolaire.”

Euronews : “Votre Premier ministre monsieur Yanukovich a déjà exprimé sa position sur le système de défense anti missiles américain. Et il n’est pas d’accord avec vous. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce que c’est le signe de tensions croissantes entre deux branches du pouvoir ukrainien ?”

Viktor Youchtchenko : “Je pense que c’est un mauvais signal. Si vous jetez un oeil à l’historique de nos relations politiques, en commençant par la situation d’il y a deux ans quand le pays était au bord de la guerre civile, et en terminant par le changement de la constitution, il est facile de comprendre pourquoi de telles choses se passent. Mon principal message est le suivant, les Européens doivent être convaincus que la démocratisation gagnée par la “révolution orange” se poursuivra et ne sera pas ruinée. Mais le processus par lequel l’Ukraine passe doit être respecté.”