DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le directeur général de Total visé par une enquête sur des faits de corruption en Iran

Vous lisez:

Le directeur général de Total visé par une enquête sur des faits de corruption en Iran

Taille du texte Aa Aa

Le directeur général de Total, le 4ème groupe pétrolier mondial, Christophe de Margerie et quatre cadres ou anciens cadres du géant pétrolier ont été placés en garde à vue à la police financière à Paris dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption en Iran. Le groupe Total a aussitôt affirmé son soutien à tous ses collaborateurs et assure n’avoir commis aucune infraction.

Le groupe pétrolier est sous le coup de deux enquêtes au total. En Iran la corruption présumée est liée à la présence de Total dans l’exploitation du gisement gazier offshore de South Pars. Christophe de Margerie a déjà été mis en examen l’an dernier pour complicité de corruption d’officiels irakiens du régime de Saddam Hussein dans le cadre du système de l’ONU “Pétrole contre nourriture”. Dernière enquête qui pourrait toucher Total : elle a été ouverte pour blanchiment d’argent et porte sur des versements suspects à un ancien ministre de la justice au Cameroun.

L’enquête iranienne concerne le contrat de South Pars : un gisement exploité conjointement par Total, le malaisien Petronas et le russe Gazprom. Ce contrat a été signé en 1997 et à l‘époque, Christophe de Margerie était le directeur du groupe Total pour le Moyen Orient. La procédure dans le cadre de laquelle M. de Margerie a été entendu mercredi, fait suite à la découverte d’une somme de 60 millions d’euros sur les comptes bancaires suisses d’un intermédiaire suisse d’origine iranienne.