DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le roi Bhumibol vénéré par son peuple

Vous lisez:

Le roi Bhumibol vénéré par son peuple

Taille du texte Aa Aa

Une foule en jaune complètement dévouée avait afflué sur la place royale de Bangkok en juin 2006. C‘était lors des célébrations du 60e anniversaire de la nomination du roi Bhumibol. Vêtus de jaune, la couleur de la couronne, beaucoup de thaïlandais vénèrent leur roi, tous lui vouent un immense respect : “je veux que les habitants de ce pays le bénissent. Je veux qu’il vive et qu’il nous protège, aussi longtemps que possible…” dit cet homme.

Depuis des décennies le roi Bhumibol a gagné le coeur des thaïlandais avec ses manières feutrés, mais énergiques, en se faisant l’arbitre suprême de la vie politique du pays. Il est perçu comme le défenseur des laissés-pour-compte face aux élites qui dirigent le pays.

Né aux Etats-Unis le 5 décembre 1927, Bhumibol a 18 ans en 1946 quand il accepte de devenir roi de Thaïlande, à une condition : pouvoir poursuivre ses études en Suisse pour se former en droit. En 1950 il est intronisé. La Thaïlande est déjà une monarchie constitutionnelle depuis 1932. Devenu Rama IX, le roi va rendre la constitution plus démocratique à plusieurs reprises.

Censé donc de ne pas s’occuper des affaires politiques, Rama IX va franchir la ligne à plusieurs reprises dans l’histoire turbulente de la Thaïlande. Mais il prend soin de jamais paraître ouvertement impliqué dans les évènements de la vie politique. Ainsi, lors du énième coup d’Etat de septembre 2006, les militaires portaient un brassard jaune pour signifier leur loyauté au roi. Bhumibol, dont les relations avec le chef de gouvernement déchu n‘étaient pas bonnes, avait finalement entériné la nomination du général Surayad Chulanont comme Premier ministre. Celui-ci vient d’annoncer des élections en décembre.