DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Timor-oriental : dernier jour de campagne présidentielle caractérisé par la violence

Vous lisez:

Timor-oriental : dernier jour de campagne présidentielle caractérisé par la violence

Taille du texte Aa Aa

Des affrontements ont eu lieu dans la capitale, Dili, entre supporters de plusieurs partis politiques impliqués dans la course à la présidence pour laquelle le scrutin doit avoir lieu lundi prochain. Différents groupes de manifestants se sont affrontés à coups de pierres et les casques bleus de l’ONU ont du intervenir à plusieurs reprises pour les séparer et arrêter les heurts. Une trentaine de personnes ont été blessées.

Le Timor-Oriental a été annexé par l’Indonésie en 1975 après avoir été une colonie portugaise pendant quatre siècles. En 99, les Timorais ont voté par référendum pour leur indépendance, indépendance devenue effective en 2002. Aujourd’hui le pays va connaître sa deuxième présidentielle, pour laquelle le candidat le plus sérieux est sans doute José Ramos Horta, actuel Premier ministre. Son atout, son prix Nobel de la paix, obtenu après son combat pour l’indépendance.

Le président du Parlement, Francisco Guterres, est un autre prétendant sérieux, et son parti, le Fretilin, le parti du Front de libération timorais, connaît une forte assise populaire. Les espoirs sont grands, en tous cas, pour la population, de voir les crises politiques cesser et la situation économique s’améliorer… Le Timor-Oriental est le pays le plus pauvre de l’Asie du sud-est. “J’espère que nous aurons vite un nouveau président qui pourra enfin améliorer les choses”, nous dit cet habitant de Dili.

Quant à l’actuel président Xanana Gusmao, il ne s’est pas représenté et a décidé d’apporter son soutien au favori José Ramos Horta. En cas de victoire de ce dernier, il souhaiterait être son Premier ministre, a t-il déclaré.