DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : l'émergence de Moqtada al-Sadr

Vous lisez:

Irak : l'émergence de Moqtada al-Sadr

Taille du texte Aa Aa

Le 9 avril 2003 les troupes americaines entrent dans Bagdad. Ce sont principalement les chiites qui se réjouissent et pour cause, c’est la fin du régime de Saddam Hussein, un régime qui rimait pour eux avec oppression et marginalisation.
Très rapidement un homme se démarque dans la communauté chiite, le dignitaire religieux Moqtada al-Sadr.
Il est issu d’une lignée chiite irakienne prestigieuse. Saddam Hussein a fait assassiner son père Muhammad Sadiq Sadr en 1999.
Moqtada lui succède à la direction du reseau de charité bâti pour les chiites pauvres dans les grandes villes.
Influence et charisme… En juin 2003, sous pretexte de proteger les autorités religieuses chiites dans la ville sainte de Najaf, il crée l’armée du Mehdi et ce au mépris du contrôle des armes établi par les américains. L’armée du Mehdi comporterait entre 10.000 et 60.000 combattants.
C’est à Najaf, oú il reside habituellement, que se produit en août 2004 un important bras de fer entre les miliciens de Moqtada Sadr et 2000 soldats americains qui encerclent la ville.
Seule la mediation du grand ayatollah Ali al-Sistani permet de mettre fin a la confrontation. Moqtada al-Sadr devient un symbole de la résistance contre l’occupation.
Mais ses objectifs politiques sont plus ambigüs… En decembre 2005 ses partisans participent aux elections parlementaires au sein de la coalition chiite, United Iraqi Alliance. Ils obtiennent 32 sieges sur 275 et participent au gouvernement de Nouri Al-Maliki.
En jouant sur les deux tableaux, le radical chiite ne fait pas l’unanimité au sein de sa propre communauté de plus en plus visée par les attentats. Une division qui se propagerait même dans les rangs de l’armée du Mehdi, une armée dont le contrôle lui échaperait peu à peu.