DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France à une semaine du vote

Vous lisez:

La France à une semaine du vote

Taille du texte Aa Aa

Les électeurs de l’hexagone se prononceront dimanche prochain pour le premier tour de la présidentielle. Ce dimanche, le Premier Secrétaire du parti socialiste affirme qu’il n est pas sûr que Ségolène Royal accède à la seconde manche du scrutin. La candidate du PS arrive actuellement en deuxième position dans les sondages. Mais dans son camp certaines voix s‘élèvent pour lui demander de s’allier avec le parti centriste ce qu’elle refuse. Dernier en date, ce matin, Bernard Kouchner dans les colonnes du Journal du diamnche. L’ancien ministre de la Santé appelle a ‘‘mettre fin a l’esprit sectaire et au rapprochement entre UDF et PS avant le premier tour’‘.

L’UDF qui pourrait créer la surprise dans ce scrutin. Actuellement troisième dans les enquêtes d’opinions, le candidat centriste François Bayrou se félicite de ces appels au rassemblement. Symbole selon lui qu’un gouvernement réunissant des personnalités de droite et de gauche est possible.

Le chef de file de l’UMP, Nicolas Sarkozy, raille quant à lui un possible partenariat entre les deux partis. Le candidat de la principale formation de droite fait la course en tête dans les sondages. Ce dimanche il a insisté sur la cohésion de son camp pour affirmer que ses adversaires étaient ivisés et dénoncer ‘‘un accord sur le dos des Francais’‘.

L’UDF et le PS, notamment, accusent quant à eux Nicolas Sarkozy de chasser sur les terres de l’extrême droite pour récupérer les voix du Front National. Faux répond l’ancien ministre de l’Interieur.

Jean-Marie Le Pen, indique de son côté qu’il n’a engagé aucun dialogue pour un rapprochement entre le FN, son parti et l’UMP de Nicolas Sarkozy. Le candidat frontiste qui compte bien être lui aussi qualifié pour le second tour de la présidentielle comme lors du dernier scrutin, il y a 5 ans. Sa présence face à Jacques Chirac avait créé un véritable séisme politique.

D’où la prudence affichée par le parti socialiste pour que le 22 avril prochain ne soit pas une réplique du 21 avril 2002.