DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rachat d'ABN Amro : le consortium mené par Royal Bank of Scotland tient la corde

Vous lisez:

Le rachat d'ABN Amro : le consortium mené par Royal Bank of Scotland tient la corde

Taille du texte Aa Aa

L’offre d’achat de la banque britannique Barclays sur la banque néerlandaise ABN Amro va avoir beaucoup de mal à aboutir. En effet, le tribunal de commerce d’Amsterdam a gelé jeudi la vente par ABN Amro de sa filiale, la banque américaine LaSalle à Bank of America pour un peu plus de 15 milliards d’euros. Le tribunal a estimé que la décision de vendre LaSalle appartient aux actionnaires d’ABN Amro et non pas à la direction du groupe néerlandais. Le 23 avril dernier, la direction d’ABN Amro avait donné son accord à l’offre d’achat faite par le britannique Barclays. Mais à l’instar de la grande majorité des actionnaires du monde entier, ceux d’ABN Amro
regardent plutôt du côté de la contre-offre faite par un consortium mené par la banque britannique Royal Bank of Scotland, d’un montant supérieure à celle de Barclays. Or, la condition sine qua non au lancement de l’OPA du consortium était que le filiale américaine d’ABN Amro devienne propriété de Royal Bank of Scotland, qui forme le consortium
aux côtés de l’espagnole Banco Santander et de la belgo-néerlandaise Fortis.
On rappellera également que l’offre d’achat faite par ces trois banques comporte 70% de cash alors que Barclays n’a proposé qu’une fusion par échange d’actions.