DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouveau gouvernement en Irlande du Nord : portrait de Martin Mc Guiness

Vous lisez:

Nouveau gouvernement en Irlande du Nord : portrait de Martin Mc Guiness

Taille du texte Aa Aa

Toujours aux cotés de Gerry Adams, souvent dans son ombre, Martin McGuiness est le négociateur-clef du Sinn Fein depuis 35 ans. Contrairement au leader républicain, McGuiness a lui reconnu avoir appartenu a l’IRA. Il était effectivement le numéro deux de l’organisation à Londonderry lors du “Bloody Sunday”, le 30 janvier 1972. La manifestation pacifique pour les droits civils, dégénère en affrontements avec l’armée britannique : bilan 13 personnes tuées. McGuiness avait alors 21 ans. En 1973 il reconnaît appartenir à l’Oglaigh na Eireann (IRA) et en être fier. Il est depuis resté en première ligne du mouvement républicain.

Ennemi numéro un de l’Angleterre pendant trente ans, le “parrain des parrains de l’IRA” selon les dirigeants unionistes-protestants, McGuinness sera aussi l’homme qui négocie secrètement avec tous les gouvernements britanniques depuis 35 ans.

En 1997 lors du 25è anniversaire du Bloody Sunday, convaincu que la lutte armée est alors illusoire, il met toute son influence au service du processus de paix. “Je pense que nous devons tous reconnaître que le dialogue est la clef du progrès. Je suis “excité?” à l’idée que l’IRA cesse les hostilités une seconde fois. Que les hostilités cessent avec les loyalistes et surtout le plus important que cesse le conflit entre le gouvernement britannique et la communauté nationaliste qui perdure depuis la fondation de l’Etat”.

Un an plus tard, l’ancien chef de guerre réputé impitoyable, se révèle un stratège pragmatique pour parvenir à l’accord de paix du vendredi saint (10-04-98). Martin McGuiness sera aussi l’interlocuteur du général John de Chastelain quand l’IRA commence à désarmer en 2001.

En 1999 McGuiness devient ministre de l‘Éducation du premier gouvernement autonome d’Irlande du Nord, jusqu’a son effondrement en 2002. Après une longue carrière au sein du mouvement nationaliste, le leader républicain expérimente l’exercice du pouvoir politique et relève le défi de gouverner pour tous les nord-irlandais.