DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Incertitude sur la participation aux élections législatives algériennes et tour d'horizon des principaux partis en lice

Vous lisez:

Incertitude sur la participation aux élections législatives algériennes et tour d'horizon des principaux partis en lice

Taille du texte Aa Aa

Vote massif ou boycott. Deux appels pour ces législatives en Algérie, et la crainte des autorités du pays de voir les électeurs bouder les urnes. Les algériens semblent se désintéresser du scrutin, et aucun changement ne devrait à priori en sortir.

Parmi la vingtaine de partis en lice, le Front de Libération Nationale du Premier ministre Abdelaziz Belkhadem, proche allié du président Abdelaziz Bouteflika, devrait rester la première formation au Parlement. Le FLN dispose de 199 sièges dans l’assemblée sortante sur 389.

La deuxième force politique est le Rassemblement National Démocratique de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia. Le RND compte 47 sièges au Parlement. La coalition gouvernementale comprend un troisième parti. Le Mouvement pour la Société et pour la Paix. Un parti islamiste modéré dont le leader, Abou Djerra Soltani, occupe un poste de ministre.

Leader du principal parti d’opposition, Abdallah Djaballah a appelé au boycott après avoir été écarté des élections par un courant dissident de son parti El Islah. C’est un de ses rivaux qui se présente à ces élections législatives. Louisa Hanoune est la responsable du Parti des Travailleurs, une formation trotskiste qui s’oppose à la privatisation des entreprises publiques. Le Parti des Travailleurs compte 21 sièges dans le Parlement sortant.

Après le boycott des législatives de 2002, le leader kabyle du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, Saïd Saadi a décidé cette fois de se présenter aux élections. En 1997 le parti de la Kabylie avait conquis 19 sièges au Parlement.

Enfin une des plus anciennes formations d’opposition et la première force politique en Kabylie, le Front des Forces Socialistes, a décidé de boycotter le scrutin, comme ça avait déjà été le cas en 2002. Il estime que l‘élection risque fort de ne pas être transparente.