DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Algérie vote au lendemain d'un attentat à Constantine

Vous lisez:

L'Algérie vote au lendemain d'un attentat à Constantine

Taille du texte Aa Aa

L’Algérie renouvelle les 389 sièges de son Parlement au lendemain d’un attentat meurtrier à Constantine. Elections législatives boycottées par la plupart des partis de l’opposition. Certains, comme le FFS (première force politique de Kabylie) dénoncent une parodie de démocratie. D’autres, comme le FIS (Front islamique du salut), dissous en 1992, estiment que c’est un mauvais choix. Pour l’ancien leader du FIS, Madani Mezrag, “le boycott ne fait qu’ouvrir les portes aux extrémistes qui veulent écarter les autres candidats pour pouvoir faire ce qu’ils veulent dans ce pays. Le boycott n’est pas la solution.”

Boycott, désintérêt des électeurs, au lendemain de l’explosion d’une bombe qui a tué un policier à Constantine peu d’Algériens disent vouloir voter. Une population déjà marquée par les trois attentats suicides du 11 avril dernier à Alger qui avait fait 33 morts, dont les kamikazes. Le ministère de l’Intérieur a mis en place un important dispositif de sécurité. Depuis hier soir et jusqu‘à demain matin le trafic routier est réduit, de nombreux marchés sont fermés.