DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Irlande : les forces en présence


monde

Irlande : les forces en présence

Les Irlandais vont-ils dire “oui” à la continuité ou opter pour le changement après dix ans de gouvernement de centre-droit? Fianna Fail et ses Démocrates progressistes alliés au sein d’une coalition de centre droit affrontent le Fine Gaël et les Travaillistes, l’opposition de centre-gauche, et les deux sont au coude à coude.

A 56 ans, fort de son bilan et d’une popularité encore forte, Bertie Ahern compte bien remporter un troisième mandat : “Quand nous sommes arrivés au gouvernement la première fois il y a dix ans, l’Irlande faisait face à d’importants défis. Beaucoup de choses ont changé durant cette décennie. Sur de nombreux points, ce fut la décennie de l’Irlande.

Elu pour la première fois en 1997, comme son ami Tony Blair, Bertie Ahern n’a pas cherché à personnaliser cette campagne par hasard. Il veut tirer profit du “facteur Bertie”. Son bilan est plus qu’honorable avec à son actif la paix en Irlande du Nord, pour laquelle il s’est investi dès le lendemain de son élection, et une économie florissante.

Le “Tigre celtique”, comme on l’appelle, témoin de son succès, enregistre des chiffres que beaucoup lui envient : une croissance en moyenne deux fois supérieure à celle de ses collègues européens, un taux de chômage de 4,3%, le plus bas dans l’Union. Le tout grâce à une fiscalité alléchante. Pour exemple, l’impôt sur les sociétés est inférieur à 15%.

Un bilan qui pèse lourd face au Fine Gaël d’Enda Kenny, qui mène la coalition de centre-gauche et dénonce un gaspillage d’argent public : “Aujourd’hui marque le début de la fin des fausses promesses et des complaisances du Fianna Fail et des Démocrates progressistes durant dix ans”.

Pour Kenny, les fruits de la croissance n’ont pas été investis correctement. ce que son parti dénonce, c’est l’envers du décor : des loyers qui grimpent en flèche, des routes trop petites pour l’afflux qu’elles supportent, un manque de médecins, ou de services publics.

Mais au final, ce sont les indécis et les petits partis qui pourraient départager les deux camps. A savoir, les Verts et aussi le Sinn Fein de Gerry Adams, lequel avait permis en 97 à Bertie Ahern de l’emporter. Pour l’instant, les deux coalitions refusent d’intégrer le Sinn Fein en raison de ses liens avec l’IRA, mais la donne pourrait changer en cas de résultat très serré. Dans la dernière ligne droite, les indécis, forcément, pèseront de tout leur poids.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Israël accentue sa pression sur le Hamas et se dit déterminer à décapiter la direction du mouvement islamiste