DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire Litvinenko continue à empoisonner les relations entre Londres et Moscou

Vous lisez:

L'affaire Litvinenko continue à empoisonner les relations entre Londres et Moscou

Taille du texte Aa Aa

La Russie a refusé hier d’extrader l’ancien agent du KGB Andreï Lougovoï, poursuivi par la justice britannique pour le meurtre de l’ex-agent russe. Andreï Lougovoï avait rencontré Litvinenko le jour même où il a commencé à ressentir les premiers effets de son irradiation mortelle au polonium 210. Désormais suspect numéro 1, Lougovoï clame son innocence et promet des révélations. Moscou refuse de l’extrader mais se dit prête à coopérer dans l’enquête britannique.

Ces bisbilles politico-diplomatiques interviennent sur fond de nouvelles révélations troublantes dans une vidéo datant d’avril 1998. On y voit un journaliste russe interviewé Litvinenko et deux autres agents russes du FSB. Très inquiet, Litvinenko confie avoir peur pour lui et sa famille et accuse le FSB d’agir comme aux temps des grandes purges staliniennes. Il se dit prêt à quitter Moscou. Il le fera en 2000 pour s’installer à Londres où il rejoint Boris Berezovsky. L’oligarque très controversé y vit en exil pour échapper au Kremlin où il a été auparavant très influent.

Empoisonné au polonium 210 en novembre dernier, Litvinenko mourra 23 jours plus tard et sera enterré à Moscou début décembre 2006. Un documentaire basé sur toute cette affaire sera projeté ce samedi hors compétition lors du 60ème festival de Cannes. Un ajout de dernière minute.