DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran-USA : une rencontre hautement symbolique

Vous lisez:

Iran-USA : une rencontre hautement symbolique

Taille du texte Aa Aa

“Un jour de négociation”, titrait ce lundi la presse iranienne. Un premier pas… Une telle rencontre entre deux Etats qui, depuis des années, s’accusent mutuellement de tous les maux était difficilement imaginable encore tout récemment. Dans les rues de Téhéran, les uns doutent, d’autres sont confiants.

“Les Américains ont proposé à l’Iran cet échange pour essayer de rattraper leurs erreurs en Irak et en Afghanistan, estime cet homme. Mais je ne pense pas qu’ils vont discuter honnêtement avec l’Iran.”
“Les Etats-Unis n’ont plus d’espoir de réussir en Irak et ils ont compris qu’ils doivent se tourner vers les voisins de l’Irak pour résoudre leurs problèmes, juge cet autre. S’ils montrent leur bonne foi, ceci peut être une étape positive.”

Novembre 1979 : des “étudiants islamiques” envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, prise d’otages à la clé, pour protester contre l’exil du Shah aux Etats-Unis. La rupture entre les deux pays est consommée en avril 1980, lorsque le président Jimmy Carter rompt les relations diplomatiques. Et peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001, le président Bush lance le concept d’“axe du mal” : “L’Iran mène avec agressivité une politique d’armement et d’exportation de la terreur pendant qu’une minorité non élue réprime l’espoir de liberté de la population. Des Etats comme celui-ci et leurs alliés terroristes constituent un axe du mal qui menace la paix mondiale.”

Mais l’enlisement américain en Irak va contraindre l’administration Bush à faire évoluer son discours vers plus de modération. La secrétaire d’Etat Condoleeza Rice s’exprimait en ces termes il y a tout juste un an : “Dès que l’Iran aura de manière complète et vérifiable suspendu l’enrichissement de son uranium et ses activités de retraitement, les Etats-Unis et l’Union européenne pourront rencontrer les représentants de l’Iran.” Or, sans même que cette condition ait été remplie, les Etats-Unis et l’Iran viennent donc d’avoir leurs premiers entretiens officiels de haut niveau depuis 27 ans. Si chacun campe encore sur ses positions, la rencontre n’en a pas moins hautement valeur de symbole.