DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tribunal international : le Liban partagé

Vous lisez:

Tribunal international : le Liban partagé

Taille du texte Aa Aa

Réactions divisées au Liban au lendemain de la décision de l’ONU d’imposer la création d’un tribunal international pour juger les assassins de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Si la majorité antisyrienne se réjouit, l’opposition proche de Damas dénonce au contraire une mise sous tutelle internationale du pays. Dès le vote à l’ONU mercredi soir, les ténors de la majorité se sont félicités, en premier lieu le député Saad Hariri, fils du dirigeant assassiné a été la premier à réagir, salutant une étape historique pour protéger le Liban. Le chef du gouvernement, Fouad Siniora s’est quant à lui empressé d‘être rassurant vis-à-vis de la Syrie qui boycotte pourtant son gouvernement. Mais aujourd’hui à Damas, la presse officielle s’est déchaînée contre une résolution motivée selon elle par “l’esprit de vengeance des Etats-Unis”.