DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Possible contagion au Liban...

Vous lisez:

Possible contagion au Liban...

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’armée libanaise semble mener son offensive finale contre les militants du groupe Fatah al Islam retranchés dans le camp de réfugiés de Nahr al Bared, une fusillade a éclaté au sud de Beyrouth, dans un autre camp de réfugiés palestiniens.
A l’entrée du camp d’Aïn al Hiloueh, un groupuscule islamiste palestinien a attaqué à la grenade un poste de contrôle de l’armée libanaise. Il y a deux blessés, un soldat libanais et un civil palestinien.

Depuis le 20 mai, l’armée libanaise est déjà sur le front à Nahr al-Bared. La situation étant devenue rapidement critique, la majorité des 31 000 réfugiés palestiniens a été accueillie dans le camp voisin de Bedawi.
Là-bas, ils bénéficient de l’assistance des agences des Nations unies et de la Croix-Rouge pour l’eau, la nourriture et les médicaments. Et ils en ont besoin…
“Il faut que tout le monde nous aide car on n’en peut plus”, se plaint un réfugié. “Maintenant, ce sont nos enfants qui sont malades.”

A Narh al Bared, en deux semaines, les tirs et bombardements ont fait au total une centaine de morts. Ni l’armée libanaise, ni le Fatah al Islam ne semble vouloir céder. Et il reste environ 5 000 réfugiés palestiniens dans le camp.