DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'avenir de Galileo en demi-teinte

Vous lisez:

L'avenir de Galileo en demi-teinte

Taille du texte Aa Aa

Galileo va-t-il enfin pouvoir prendre son envol, ou est-il condamné au virtuel. Réunis à Luxembourg, les ministres européens des Transports n’ont pas complètement répondu à la question. Le système de positionnement par satellite a reçu leur feu vert pour un financement public à 100%. Oui, mais selon quelles modalités ? Les 27 ont décidé de ne répondre à cette question qu‘à l’automne prochain.

Ce report laisse planer la menace d’un échec de Galileo. La présidence allemande de l’UE n’exclut plus ce scénario. Scénario que le commissaire aux Transports Jacques Barrot semble l’un des derniers à rejeter catégoriquement : “Je ne peux pas croire que les Européens et leurs gouvernements ne trouvent pas la solution, dès lors que l’objectif est consacré comme un projet absolument prioritaire”.

Les 27 ont demandé à la Commission de leur fournir d’ici septembre des propositions de financement détaillées. Concurrent du GPS américain, Galileo doit permettre à l’Europe d’assurer son indépendance technologique, pour un coût total, exploitation comprise, fixé à dix milliards d’euros. Jusqu‘à nouvel ordre, l’entrée en service du système est maintenue à 2012.