DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ouverture à Milan du premier procès européen sur les transferts secrets de prisonniers de la CIA

Vous lisez:

Ouverture à Milan du premier procès européen sur les transferts secrets de prisonniers de la CIA

Taille du texte Aa Aa

La prochaine audience est prévue pour le 18 juin. A ce moment-là, le tribunal annoncera s’il accepte, comme le réclame la défense, de suspendre le procès jusqu‘à une décision de la Cour constitutionnelle. Vingt-six agents de l’agence américaine de renseignements et sept agents italiens, dont le général Nicolo Pollari, comparaissent pour le rapt en 2003 d’un imam égyptien.

Titta Madia, avocat de Pollari, a demandé la suspension du procès car comme il l’a expliqué, avoir ce genre de débats en public pose un problème de sécurité d‘état, car il s’agit de rapports entre les renseignements italiens et américains et de terrorisme international.

Soupçonné de terrorisme, l’ex-imam égyptien d’une mosquée de Milan, Abou Omar, a été enlevé le 17 février 2003, et ce, selon l’accusation, par un commando de la CIA avec l’aide d’agents italiens. Après son interpellation, ici même à Milan, Abou Omar avait été emmené sur une base américaine du nord de l’Italie puis transféré dans une prison en Egypte, où il affirme avoir été torturé. Il a été relâché en février. Ce procès intervient alors que le président américain George Bush doit arriver ce soir en Italie pour une visite d’une journée.