DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fin d'une époque en Belgique

Vous lisez:

La fin d'une époque en Belgique

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre Guy Verhofstadt a présenté lundi matin la démission de son gouvernement, conséquence de la défaite de sa coalition aux législatives de dimanche. Après huit années au pouvoir, les libéraux et les socialistes flamands ont subi un large revers.

Le nouvel homme fort du pays et probable futur chef du gouvernement, c’est Yves Leterme. Son parti chrétien-démocrate est le grand gagnant du scrutin. La Flandre, première région de Belgique, a basculé à droite plébiscitant son parti, désormais première force politique du pays. Cette rupture et ces revers profitent à l’extrême-droite. Le Vlaams Belang se maintient et devient mécaniquement le deuxième parti de Flandre devant les socialistes et les libéraux. Plus question dorénavant d’ignorer l’extrême-droite a déclaré son leader Filip Dewinter. “Ils ne peuvent plus, dit-il, nous maintenir à l’intérieur d’un cordon sanitaire.”

La Wallonie, francophone, a voté de manière radicalement différente. Pour la première fois depuis 1946, les libéraux deviennent la première force politique de la région, à la grande satisfaction de son leader. Comme en Flandre, le Parti socialiste a subi une cuisante défaite en raison de scandales de corruption. Son leader Elio di Rupo a promis des réformes pour retrouver la confiance.