DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Shimon Peres, au sommet de l'Etat

Vous lisez:

Shimon Peres, au sommet de l'Etat

Taille du texte Aa Aa

A 83 ans, Shimon Peres, le doyen de la politique israélienne terminera sa carrière avec les honneurs en occupant le poste de président essentiellement honirifique et protocolaire qui lui avait échappé en 2000 face à Moshé Katsav. Jouissant d’une grande aura internationale mais souvent mal aimé dans son propre pays, Peres est l’unique survivant de ce grand élan d’espoir que furent les accords d’Olso de 93, entre Israel et les Palestiniens. Depuis, jamais le second d’Itzack Rabin n’aura eu de cesse de défendre ce processus de paix et l’autorité palestinienne qui en a découlé.

L’année suivante, les trois protagonistes de cette victoire, Peres, Rabin et Arafat reçoivent le prix Nobel de la paix. A cette époque, tout le monde croit à une paix possible au Proche-Orient.

Mais la paix a ses ennemis. Au soir du 4 novembre 1995, au cours d’un meeting à Tel Aviv, Itzack Rabin est assassiné par un extrémiste israélien. Shimon Peres assiste au crime. Le processus de paix ne s’en relèvera pas.

Né en Pologne, Shimon Perske de son vrai nom, a 11 ans quand sa famille émigre en Palestine.

A 25 ans il s’engage dans les forces israéliennes de défense et est nommé par David Ben Gourion comme chef des ressources matérielles et humaines.

Elu pour la première fois député en 52, il devient directeur du ministère de la Défense, un poste qui lui vaut aujourd’hui d‘être considéré comme le “père” du programme nucléaire israélien.

S’il avait gagné en 1996 face à Benyamin Netanyaou, l’histoire peut-être aurait été différente, mais cette fois-ci comme quatre autres fois il échouera à être élu. Les hasards de l’histoire lui permettront toutefois d’occuper par deux fois le poste de Premier ministre. Figure historique du parti travailliste au sein duquel il a effectué toute sa carrière politique, il se rallie en 2006 à Kadima, le parti centriste d’Ehud Olmert qu’Ariel Sharon avait créé. C’est sous cette étiquette qu’il s’est présenté aux élections présidentielles.