DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Funérailles de Walid Eido : les larmes du Liban

Vous lisez:

Funérailles de Walid Eido : les larmes du Liban

Taille du texte Aa Aa

Un millier de personnes ont assisté aux funérailles du député anti-syrien Walid Eido, tué hier à Beyrouth dans un attentat.

Le cortége funèbre a quitté en fin de matinée l’hôpital de l’université américaine, où le corps de Walid Eido a été transporté hier soir, pour rejoindre la mosquée des martyrs, dans le sud de la capitale.
9 autres personnes ont été tuées dans l’explosion, le fils aîné de Walid Eido, deux gardes du corps et 6 passants.

Agé de 64 ans, Walid Eido, un avocat sunnite connu pour son franc-parler contre la syrie, est la septième personnalité anti-syrienne liquidée depuis Rafic Hariri. Face aux cercueils, Saad Hariri, le fils du Premier ministre assassiné en février 2005. Il dirige la majorité parlementaire anti-syrienne à laquelle appartenait Eido.
Des antisyriens qui sont une fois de plus les victimes d’attentats meurtriers. Ce matin, comme Washington, la presse libanaise pointe du doigt Damas. Elle voit dans cet attentat une riposte à la création d’un tribunal de l’Onu qui va juger les assassins de Rafic Hariri. La Syrie n’a pas fait de commentaires après ses accusations.