DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La guerre de la vodka n'aura pas lieu

Vous lisez:

La guerre de la vodka n'aura pas lieu

Taille du texte Aa Aa

Le compromis adopté par les membres du parlement européen mardi propose une solution acceptable par les différents pays producteurs de vodka en Europe. Les pays ayant une forte tradition de production de vodka comme la Finlande, la Pologne, la Suède ou les pays baltes, estiment que la vodka ne peut être produite qu‘à partir de céréales, des pommes de terre, ou de la mélasse de betteraves : des ingrédients qui déterminent le goût de la vodka, facilement identifiable. A l’opposé, les autres pays producteurs affirment que les ingrédients n’affectent pas le goût de la vodka, pourquoi donc ne pas utiliser des fruits pour sa fabrication.

Les gros consommateurs sont dans l’ordre l’Europe de l’est avec 15 milliards d’euros de vodka consommés en 2006, suivie par les Etats Unis et la Russie, elle-même talonnée par l’Europe occidentale.
Le débat est surtout économique car l’enjeu est de taille : les ventes annuelles de vodka s‘élèvent à 4 milliards et demi de litres soit environ 9 milliards d’euros chaque année.

Au sein de l’Union européenne, la Pologne, les Pays scandinaves et les pays baltes assurent 70% de la production totale. et consomment pratiquement autant de la production européenne.
Désormais, si la vodka est produite à base de céréales, pommes de terre ou de mélasse, l‘étiquette de la bouteille pourra mentionner le terme de “vodka”. Si d’autres ingrédients sont utilisés elle devra indiquer : “vodka produite à partir de tel ou tel ingrédient.”