DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rebondissement au sommet de Bruxelles

Vous lisez:

Rebondissement au sommet de Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Alors que les Vingt-Sept semblaient proches d’un accord sur le traité européen, la Pologne fait de nouveau barrage, jugeant le compromis sur la table innacceptable. Le président polonais, présent au sommet, avait donné des signes d’assouplissement, mais son frère jumeau, le Premier ministre resté à Varsovie, estime que les concessions faites sur le vote à la double-majorité ne sont pas suffisantes. Pourtant, la présidence allemande avait édulcoré son projet. L’application de ce nouveau système de vote était retardée à 2014 au lieu de 2009, et des ajustements favorisaient les minorités de blocage. Mais Varsovie est visiblement décidée à batailler jusqu’au bout pour arracher d’ultimes concessions, et menace de mettre son véto à tout accord.

L’autre grand débat portait sur le futur poste de ministre européen des affaires étrangères. Le Royaume-Uni était très réfractaire à ce titre. Il ne s’agira donc plus d’un ministre mais d’un haut représentant, qui disposera néanmoins de compétences élargies. Il cumulera les responsabilités de l’actuel haut-représentant pour la politique étrangère commune et de la commissaire européenne aux Relations extérieures.