DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Implacable, la méthode Kaczynski peut donner l'impression d'avoir payé, mais à quel prix ?

Vous lisez:

Implacable, la méthode Kaczynski peut donner l'impression d'avoir payé, mais à quel prix ?

Taille du texte Aa Aa

Les Polonais eux-même ont conscience que les relations avec certains voisins européens, à commencer par l’Allemagne, n’en sortiront pas indemnes. Commentaires dans les rues de Varsovie :

“Négocier si durement n’en valait peut-être pas la peine, mais le résultat a quand même montré que c‘était utile. On verra plus tard ce qu’il en coûtera à la Pologne.” “Je pense qu’il est bon que l’on ait finalement accepté un compromis, que l’on ait renoncé, mais se montrer obstiné, cela peut être payant à long terme.”

L’argument de trop aura été celui de la Seconde guerre mondiale, qui a valu à Varsovie une série de réprobations. Pour obtenir plus de poids dans les décisions européennes, la Pologne avait suggéré d’ajouter au chiffre de sa population les millions de victimes polonaises attribuées au régime nazi. En Allemagne, on se félicite du sang-froid de la chancelière :

“Je n’aurais pas été aussi patient que Mme Merkel. Elle a fini par menacer d’aller de l’avant à 26 pays en laissant derrière la Pologne. Moi, je serais sorti de mes gonds bien plus tôt que ça. J’aurais demandé à la Pologne de revenir à la raison.”

“Ils veulent peser plus dans les votes, mais il y a des choses que je ne comprends pas, en particulier les déclarations qu’ils ont faites sur la Seconde guerre mondiale et les morts qui devraient être comptés dans le mode de calcul. Je ne peux pas le cautionner.”

Des réactions peu différentes de ce qui a été entendu dans les couloirs bruxellois. Ce marathon de 36 heures risque de poursuivre longtemps la Pologne des frères Kaczynski.