DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de percées décisives sur la crise du Darfour

Vous lisez:

Pas de percées décisives sur la crise du Darfour

Taille du texte Aa Aa

Discuter de leur point de vue, c’est ce qu’ont fait les grandes puissances et les organisations internationales réunies à Paris. C‘était la première conférence internationale depuis le début de la guerre civile il y a 5 ans dans la province soudanaise du Darfour.

Même si la Chine a estimé que “menacer et faire pression sur le régime soudanais serait contreproductif”, le président français a appelé la communauté internationale à “agir vite face au silence qui tue”. La secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice aussi: “Nous ne pouvons plus laisser faire les choses au Darfour. Des accords ont été conclus et ne sont pas respectés. Les Etats-Unis affirment que le Soudan, s’il n’honore pas les engagements qu’il a pris, en subira les conséquences.”

Le secrétaire général des Nations Unies a lui aussi déclaré que le temps était venu d’agir, en particulier pour le président soudanais Omar el-Béchir. Il a aussi appelé les rebelles à montrer plus de souplesse et à participer au processus politique.

Le ministre français des affaires étrangères Bernard Kouchner, a conclu que “l’avenir s‘était éclairci pour le Darfour”.
Toutes les parties présentes ont affirmé leur soutien au déploiement d’une force mixte de l’Union africaine et de l’ONU. L’envoi de 20 000 hommes pour protéger les populations pourraient avoir lieu d’ici fin 2008 en accord avec Khartoum.

En attendant la France débloquera des fonds pour financer les 7 000 soldats de la force africaine au Darfour, des hommes mal équipés et non payés depuis des mois.