DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Situation tendue en Australie

Vous lisez:

Situation tendue en Australie

Taille du texte Aa Aa

La situation se détériore entre Camberra et les aborigènes qui craignent les nouvelles mesures pour lutter contre la pédophilie, notamment les examens médicaux systématiques des enfants. Les associations aborigènes représentées par Pat Turner qui se réunissaient aujourd’hui dénoncent des mesures fantômes: “Le gouvernement utilise les abus sexuels sur les enfants comme un cheval de Troie pour prendre le contrôle de nos territoires.” La semaine dernière le premier ministre John Howard a annoncé l’envoi de renforts de police pour superviser les autorités locales: “Nous qualifions la situation d’urgence nationale. “

Le rapport d’une commission gouvernementale dénonçait la multiplication des agressions sexuels sur les enfants… Conséquences directes des conditions de vie misérables des autochtones australiens… Des vies, des familles ravagées par l’alcool.

L’interdiction de l’alcool et de la pornographie dans les communautés du nord doit durer 6 mois… Elle concerne 50 000 personnes sur les 460 000 aborigènes vivant en Australie.

Deux cents ans après l’installation des européens sur l‘île-continent les autochtones restent aujourd5;hui des citoyens de deuxième rang, pour eux qui ont une espérance de vie largement inférieure à la moyenne nationale, cette mesure est vécue comme une discrimination supplémentaire, notamment par ces femmes: “On aura plus aucun droit sur nos enfants, si après les avoir examiné, ils décident de les envoyer loin de nous.” “J’ai comme le sentiment qu’il s’agit d’un nouveau cas de “Génération Volée”, parce que ces enfants vont êtres arrachés à leurs mères, à leurs pères, leurs grands-parents, “

Au début du 20ème siècle et jusqu‘à la fin des années 60, sous prétexte de vouloir les civiliser les gouvernements ont retiré à leurs familles des milliers d’enfants aborigènes. Ils étaient placés dans des institutions ou dans des familles blanches. En 1997 le rapport “Ramenez-les à la maison” dénonce une politique contraire aux droits de l’homme.”