DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tony Blair: un style à part

Vous lisez:

Tony Blair: un style à part

Taille du texte Aa Aa

La page est tournée pour de bon. Les Blair ont quitté mercredi matin le 10 Downing Street où ils résidaient depuis 10 ans. Le petit Léo y est né, les trois autres enfants y ont grandi, le père y a acquis une expérience et une notoriété internationale.

Ils étaient tout jeunes et encore peu connus lorsqu’en 1997 Tony Blair et son épouse visitent un peu timides les appartements de la résidence du Premier ministre sous les lumières des caméras. Un jeune couple avec trois enfants en bas âge, de l’inédit pour le “10” et d’emblée un style qui s’impose. N’en déplaisent aux très sélects sujets de sa Majesté, les Blair sont jeunes, débutants et décontractés. Après Margaret Thatcher et John Major, le contraste est saisissant, les Britanniques sont fans. C’est l‘époque de la lune de miel.

Une personnalité et une attitude qui se prêteront à merveille à la caricature. Les dessinateurs de presse regrettent déjà Tony Blair. “Il était génial à dessiner. Il y avait tant à faire rien qu’avec ses caractéristiques visuelles. Il y avait les dents, cet immense sourire et ses dents rangées comme des pierres tombales et puis cet espèce de regard fou.”

A 54 ans et après une carrière fulgurante, Tony Blair se retrouve donc au “chômage”. C’est exactement l‘âge qu’avait Bill Clinton en quittant la Maison Blanche il y a 7 ans. Et c’est une situation bien différente que pour un ex-dirigeant du troisième âge. Car la question de son avenir se pose davantage. L’avis de cet analyste politique:
“Tony Blair est très jeune pour un ex-Premier ministre britannique. Il a une une grande famille, une famille qui a des goûts de luxe, je pense que monsieur Blair a lui aussi des goûts de luxe. Donc nul doute qu’il saura comment gagner de l’argent. Il ne pourra pas survivre avec sa retraite de parlementaire. Alors oui je pense qu’il va être très tenté par des offres pour parler ou donner des conférences.”

Mardi, lors de sa dernière conférence de presse aux côtés d’Arnold Schwarzeneger, Tony Blair a fait son dernier trait d’humour avant de quitter la scène:
“Mon attaché de presse m’a dit: quoi que vous fassiez ce matin ne dites pas “je reviendrai”. Ce serait très mal interprété. Heureux de vous avoir tous vu, au revoir.”