DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Qu'en sera-t-il en France ?

Vous lisez:

Qu'en sera-t-il en France ?

Taille du texte Aa Aa

Des prix libres et une multitude de fournisseurs… Est-ce vraiment ce que les consommateurs attendent ? En France, beaucoup s’accommodent plutôt bien des tarifs réglementés, qui sont garantis quelques soient par exemple les fluctuations des prix de l‘énergie fossile. Pour autant, à compter de dimanche, près d’une dizaine d’opérateurs privés pourront offrir leurs services aux ménages. Les Français se laisseront-ils tenter ? Pour ce militant altermondialiste du collectif Attac, la manoeuvre est risquée :

“Si je suis dans le prix du marché, le prix du marché est soumis aux aléas de la bourse de l‘électricité, de l‘énergie etc. Je veux dire que le fournisseur d‘électricité peut décider pour x raisons d’augmenter son tarif.”

Une fois passé chez un opérateur alternatif, le particulier pourra difficilement revenir aux tarifs réglementés d’EDF et GDF. Le problème se pose déjà pour les entreprises qui ont fait l’expérience de la libéralisation avec trois ans d’avance.
Quant à savoir si libéralisation veut dire fin des monopoles, pas si sûr. Dans les pays qui ont déjà totalement dérégulé leurs marchés, quelques mastodontes dominent toujours, les anciens monopoles ayant gardé le contrôle des réseaux de distribution. Une situation dénoncée par l’eurodéputé Alejo Vidal Quadras :

“Si nous voulons un marché européen de l‘énergie intégré, avec une pleine libéralisation et une libre concurrence, tous les Etats-membres doivent respecter les règles communes.”

Dominique Forest, du Bureau européen des unions de consommateurs, dit lui aussi son scepticisme et redoute une confusion des offres tarifaires :

“La libéralisation en cours est effectivement une libéralisation à moitié. Il faudrait véritablement que le consommateur ait une information transparente, comparable, que le consommateur puisse changer de fournisseur sans frais excessifs, et que l’on soit effectivement dans une situation où la concurrence puisse se développer entre opérateurs, donc une structure de marché beaucoup plus concurrentielle où les opérateurs puissent proposer des offres avantageuses pour les consommateurs.”

La vraie différence se ferait en réalité selon les sources d‘énergie. Le nucléaire et le renouvelable sont moins sujets aux fluctuations du marché que les énergies fossiles. Ainsi, en France, où l’essentiel de l‘électricité provient du nucléaire, les prix sont relativement stables. Reste à voir quel sera leur évolution après la pleine libéralisation.