DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ouverture du procès des assassins de Hrant Dink

Vous lisez:

Ouverture du procès des assassins de Hrant Dink

Taille du texte Aa Aa

A Istanbul en Turquie s’est ouvert le procès de l’assassin présumé de Hrant Dink, le journaliste turc d’origine arménienne qui avait été tué en pleine rue à Istanbul en janvier.

C’est sous rigoureuse escorte des autorités et avec deux heures de retard que les accusés sont arrivés au tribunal. La famille de Hrant Dink a suivi peu après, ses membres se sont joints quelques instants à une manifestation organisée devant le tribunal.

“Nous avons des soupçons sur la façon dont a été menée l’enquête, explique l’avocate de la famille Dink. Nous pensons qu’elle n’a pas été juste. Il s’agit d’un problème général du système judiciaire turc. Il faudrait supprimer tous les contrôles”.

Hrant Dink a été assassiné devant les bureaux d’Agos, le journal pour lequel il travaillait, par un homme de dix-sept ans, ultranationaliste, et qui a avoué son crime. Les commanditaires sont jugés eux aussi, mais pour beaucoup certains éléments de la police devraient aussi figurer sur le banc des accusés. Celle-ci, en effet, selon certaines sources, aurait donné l’ordre aux assassins d’agir.

Hrant Dink a été tué pour ses positions politiques, notamment les termes dans lesquels il évoquait la question du génocide arménien. Les participants à la manifestation devant le tribunal ont réclamé une justice impartiale pour les assassins de Dink, criant “nous sommes tous Hrant Dink, nous sommes tous Arméniens”.