DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La boîte de Pandore postale de nouveau ouverte

Vous lisez:

La boîte de Pandore postale de nouveau ouverte

Taille du texte Aa Aa

Ce mercredi, le Parlement européen devrait se prononcer pour une libéralisation totale, mais pas avant 2011. La Commission visait initialement 2009 pour l’ouverture à la concurrence des envois de moins de 50 grammes, dernière chasse gardée des anciens monopoles. Mais les oppositions sont très vives parmi les postiers comme dans certains Etats-membres. Pour ce syndicaliste français venu manifester à Strasbourg, retarder l‘échéance n’a rien d’une solution :

“C’est deux ans de plus pour continuer et renforcer la mobilisation, et donc aujourd’hui, c’est la première étape pour dire : ni en 2009, ni en 2011, ni jamais. Il faut maintenir un service public de qualité, et pour ça il faut les moyens de le financer, et pour ça il faut maintenir le monopole sur le courrier jusqu‘à 50 grammes.”

Les trois premières forces politiques du Parlement, socialistes compris, prévoient néanmoins de se rallier au projet du rapporteur Markus Ferber : “Les monopoles ne sont pas en mesure de résoudre les problèmes de la poste en Europe. Pour résoudre ces problèmes, il faut avoir une concurrence juste dans l’Union européenne.”

Les socialistes français ont eux décidé de se démarquer et de voter contre. Gilles Savary nous explique pourquoi : “Le risque qui va arriver aujourd’hui, il est clair, c’est le risque d‘écrémage. Il va y avoir une grande bagarre commerciale, près des grands clients, surtout près des zones densément peuplées, les capitales, et naturellement un délaissement des zones les plus difficiles à desservir, car elles n’intéresseront personne et parce que personne ne répondra aux appels d’offre.”

Le texte soumis aux eurodéputés prévoit pourtant quelques garde-fous, comme l’obligation du service universel, en tout point du territoire européen, et la possibilité pour les gouvernements de le financer comme ils l’entendent, sans se faire taper sur les doigts par Bruxelles.