DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UE garde espoir pour les infirmières bulgares

Vous lisez:

L'UE garde espoir pour les infirmières bulgares

Taille du texte Aa Aa

L’Union européenne n’a pas tardé à réagir, exprimant sa tristesse, mais également l’espoir d’arriver à un dénouement heureux après la confirmation de la condamnation à mort des infirmières et du médecin bulgares. Devant le Parlement européen à Strasbourg, le président de la Commission José Manuel Barroso a fait part du soutien plein et entier des 27 : “Je voudrais vous garantir et garantir en particulier aux infirmières bulgares et à leurs familles que la Commission européenne, en coopération avec la présidence, le Conseil, et les Etats membres, déploiera tous ses efforts pour faire valoir le droit à la vie de chacun”.

A Bruxelles, le commissaire à la Justice Franco Frattini est allé plus loin. Il a rappelé que les enjeux de ce dossier judiciaire vieux de huit ans sont également hautement politiques : “Au moment où nous aurions besoin de renforcer notre coopération avec la Lybie au niveau européen dans bien des domaines, y compris bien sûr, et même à commencer par les politiques maritime et de migration, cette décision de la Cour Suprême n’encourage pas l’Union européenne à consolider ces relations”.

A Sofia, le président Georgi Parvanov a accueilli la décision de la Cour Suprême sans surprise. Il attend désormais la décision, lundi, du Conseil supérieur libyen des instances judiciaires. Avec l’espoir que les politiques réussissent là où les avocats ont échoué.