DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Peine de mort confirmée pour les infirmières bulgares et le médecin palestinien

Vous lisez:

Peine de mort confirmée pour les infirmières bulgares et le médecin palestinien

Taille du texte Aa Aa

La Cour suprême de Lybie confirme les peines de mort pour les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien. Ils sont condamnés pour avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants de Benghazi, dont 56 sont décédés. Cette sentence n’est pas une surprise mais un compromis a toutefois été trouvé.

La Fondation Kadhafi a annoncé hier qu’un accord sur des compensations financières a été conclu entre les familles des enfants contaminés et le fonds spécial d’aide aux victimes créé en 2005 par Tripoli et Sofia, sous l‘égide de l’Union européenne.

Le Tribunal suprême de cassation lybien rendra un jugement définitif sur cette affaire lundi prochain. En attendant, Benita Ferrero-Waldner, la commissaire européenne aux Relations extérieures, demande “la clémence pour les six accusés”. Elle leur avait rendu visite en juin dernier avec Frank-Walter Steinmeier, le chef de la diplomatie allemande.

En Bulgarie, l’affaire est au coeur des conversations et notamment pour Svetlana. Cette jeune femme est une amie et une collègue de l’une des infirmières condamnées à mort : “Elles sont toutes innocentes. Je connais l’une d’entre elles personnellement. Nous avons fait nos études ensemble et c’est quelqu’un de très honnête et plein de compassion. Je souhaite à chaque patient d’avoir une telle infirmière”.

L’affaire était bien sur à la une de toute la presse bulgare ce matin.