DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Statut du Kosovo : la France met la pression sur la Serbie

Vous lisez:

Statut du Kosovo : la France met la pression sur la Serbie

Taille du texte Aa Aa

Pas d’adhésion de la Serbie à l’Union européenne sans un accord sur le Kosovo. En visite à Belgrade, le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a mis les autorités serbes en garde : le pays qui discute actuellement d’un accord d’association avec l’UE doit retourner à la table des négociations pour trouver un nouveau statut à sa province. L’indépendance sous surveillance, c’est la solution prônée par le plan Ahtisaari, mais bloquée au Conseil de sécurité de l’ONU par la Russie, un allié traditionnel de Belgrade.

“Si nous arrivons à reprendre le dialogue, y compris d’ailleurs avec les Russes, alors on peut discuter du report, on peut tout faire. Mais si personne ne veut parler, si d’un côté on dit indépendance et de l’autre non pas d’indépendance, alors à la fin, il faudra décider, et ce sera certainement dans la direction du plan Ahtisaari”.

En clair, la France et les Européens seraient prêts à reconnaître un Kosovo indépendant sans en passer par une résolution de l’ONU. Voilà qui marque un durcissement de la position européenne, les Vingt-Sept exerçant déjà des pressions sur la Serbie pour qu’elle coopère pleinement avec le TPI pour l’ex-Yougoslavie : la condition à la signature de l’accord de stabilisation et d’association.