DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Portugal: L'avortement légalisé mais son application pose déjà problème

Vous lisez:

Portugal: L'avortement légalisé mais son application pose déjà problème

Taille du texte Aa Aa

Au Portugal, les femmes peuvent désormais avorter jusqu‘à la dixième semaine de grossesse. La loi légalisant l’IVG est entrée en vigueur dimanche mais son application pose déjà problème. La raison: de nombreux médecins refusent de pratiquer cet acte se déclarant “objecteurs de conscience”. Résultat: au moins 7 des 46 hôpitaux publics ne pourront pas assurer ces interventions. Le directeur d’une maternité de Lisbonne: “Ma seule préoccupation c’est que la recherche d’un établissement mette en danger l’efficacité et la rapidité de cette solution.”

Légaliser l’avortement : un sujet longtemps tabou dans un pays dont plus de 90% des habitants se déclarent catholiques. Pourtant, le 11 février dernier, le projet est approuvé par 59% des électeurs lors d’un référendum. Faute d’un taux de participation suffisant, le vote n’est pas validé mais le Parlement décide néanmoins de mettre fin à l’une des lois les plus contraignantes d’Europe. L’ancienne législation prévoyait en effet des peines allant jusqu‘à trois ans de prison. Un grand pas pour les femmes et la maîtrise de leur corps.
“J’approuve totalement cette loi tant qu’on ne dépasse pas les deux mois de grossesse et que cet acte se fait dans un hôpital. Les médecins devraient le pratiquer, pas seulement des sage-femmes ou des avorteurs.”

Le gouvernement portugais espère que cette libéralisation va réduire le nombre d’avortements clandestins, estimés à 23.000 par an. Mais le poids de l’Eglise reste fort. Légal ou pas, l’avortement reste pour elle “un pêché grave.”