DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bruxelles à la rescousse de l'eau

Vous lisez:

Bruxelles à la rescousse de l'eau

Taille du texte Aa Aa

Faire payer l’eau plus cher selon le principe du pollueur-payeur. C’est l’une des propositions de la Commission européenne pour faire face au manque d’eau. L’Europe n’est pas épargnée et Bruxelles veut provoquer le débat en soumettant aux Etats-membres et au Parlement européen une série d’options, comme l’explique ce représentant de la direction générale Environnement : “Les Etats-membres devront arriver à un compromis au moment d’appliquer cette directive, qui d’un côté, garantisse l’existence d’un système de tarification incitant à l‘économie, et de l’autre, reconnaisse la nécessité sociale de protéger les ressources et les consommateurs.”

Préserver les ressources en eau, c’est aussi hiérarchiser les priorités. La Commission veut clairement privilégier l’usage domestique par rapport l’agricole, l’industriel ou le touristique. Elle plaide aussi pour une chasse au gaspillage, et pour cause. La déperdition, principalement au cours de l’acheminement de l’eau, atteindrait jusqu‘à 40%.

“Nous devons avancer vers une politique d’efficacité hydraulique et d‘économie, comme c’est le cas pour l‘énergie, parce que nous ne pouvons pas inventer l’eau.”

Le changement climatique ne fait qu’accentuer la tendance. En trente ans, le nombre de régions et de personnes affectées par les épisodes de sécheresse en Europe a augmenté de près de 20%. Et d’ici 2070, une grande partie du territoire sera confrontée au problème de la rareté de l’eau.