DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gazoduc nord-européen : la grogne des pays baltes et de la Pologne

Vous lisez:

Gazoduc nord-européen : la grogne des pays baltes et de la Pologne

Taille du texte Aa Aa

Les pays baltes et la Pologne montent de nouveau au créneau pour contester le tracé du gazoduc nord-européen. Les gouvernements des quatre pays ont adressé une lettre à la Commission pour demander que le gazoduc censé relier la Russie à l’Allemagne ne soit pas sous-marin mais terrestre. Prévu pour être opérationnel dès 2010, il traversera les profondeurs de la mer Baltique depuis le port de Saint-Petersbourg jusqu’au port allemand de Greifswald, en évitant les pays de transit que sont l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne.

Ces pays mettent, eux, en avant l’argument écologique. Car le gazoduc nord-européen, dont la construction a débuté côté russe fin 2005, doit sillonner une zone de la Baltique où des milliers d’armes chimiques ont été déversées après la seconde guerre mondiale, et les risques d’explosions ne peuvent pas être entièrement écartés. Long de 1200 kilomètres, il sera le plus important d’Europe, mais ce projet avant tout germano-russe place l’Union européenne en porte à faux avec quatre de ses pays-membres, une situation politiquement très sensible.