DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La grâce accordée aux infirmières et au médecin bulgares provoque une vive colère de Tripoli

Vous lisez:

La grâce accordée aux infirmières et au médecin bulgares provoque une vive colère de Tripoli

Taille du texte Aa Aa

Après plus de sept ans de détention en Libye, les infirmières et le médecin sont rentrés en Bulgarie mardi et ont été aussitôt grâciés. A Tripoli, le Premier ministre dénonce une violation des procédures d’extradition et il contre-attaque : “Nous avons déposé une plainte auprès de l’Union européenne, de la France et des organisations internationales concernées dans cette affaire, notamment la Ligue arabe, affirme ainsi Baghdadi Al-Mahmoudi. On considère que la Bulgarie a rompu un accord, et cela constitue un dangereux précédent en matière juridique.”

Les familles des enfants contaminés souhaitent que Tripoli rompe ses relations diplomatiques avec Sofia. Ces familles critiquent vivement l’attitude du président bulgare, qui a grâcié les infirmières et le médecin.

Le médecin, justement, s’est exprimé sur le dossier, ce samedi, depuis Sofia. Ashraf Al-Hadjudj estime que “es Libyens doivent respecter la décision du chef de l’Etat bulgare de la même manière que les autorités bulgares avaient respecté la condamnation à mort prononcée par la justice libyenne.”

Ces praticiens étaient accusés d’avoir inocculé le virus du Sida à des enfants libyens. Après d’intenses tractations diplomatiques, la peine de mort prononcée contre eux avait été commuée en prison à vie. Ils ont été ramenés en Bulgarie il y a moins d’une semaine, et remis en liberté.