DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Condolezza Rice poursuit sa tournée proche-orientale en Arabie saoudite

Vous lisez:

Condolezza Rice poursuit sa tournée proche-orientale en Arabie saoudite

Taille du texte Aa Aa

Après l’Egypte, c’est une deuxième étape clé de la tournée au Proche-Orient de Condolezza Rice et de Robert Gates, respectivement chef de la diplomatie et de la défense américaine. A Jeddah, en Arabie saoudite, ils sont venus mardi soir demander le soutien des princes et du roi Abdallah pour contrer l’influence iranienne dans la région. Ils veulent également obtenir le soutien de Ryad pour stabiliser la situation en Irak. Sur le premier point, Washington et Ryad devraient facilement trouver un terrain d’entente: l’Arabie saoudite, pillier sunnite au Moyen-Orient, voit d’un très mauvais oeil la montée en puissance de l’Iran chiite. Mais sur le second, les choses risquent d‘être plus délicates. Les Etats-Unis soupçonnent en effet les Saoudiens de financer l’insurrection sunnite en Irak, précisément pour contrer le gouvernement irakien, qui est aux mains des chiites. En échange de son soutien, les Etats-Unis ont promis 20 milliards de dollars d’armements à Ryad. Une faveur qui mécontente les représentants démocrates au Congrès américain, comme Jerrold Nadler. “Les armes que nous fournissons à l’Arabie saoudite peuvent se retrouner contre nous et contre Israël, ou même finir dans les mains de terroristes, a-t-il déclaré. On nous dit de ne pas nous inquiéter, parce que nous donnerons plus d’armes aux israéliens pour équilibrer. Mais nous ne devrions pas entretenir une course aux armements au Moyen-Orient”. En tout, Washington prévoit de fournir 60 milliards en armement à ses alliés arabes et à Israël – la moitié de la somme étant destinée à l’Etat hébreu. La réponse de l’Iran et de son allié syrien n’a pas tardé: ils ont dénoncé un projet “dangereux” et “inutile”.