DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Conseil de sécurité autorise le déploiement de la "force hybride" au Darfour

Vous lisez:

Le Conseil de sécurité autorise le déploiement de la "force hybride" au Darfour

Taille du texte Aa Aa

La résolution a été adoptée à l’unanimité par les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Ils ont ainsi autorisé l’envoi de 26 000 hommes au Darfour. Une décision attendue depuis longtemps, et qui a pour but de protéger les civils de cette région de l’ouest du Soudan. Les soldats de l’ONU viendront donc rejoindre quelque 7 000 hommes de l’Union africaine qui sont déja sur place, mais qui manquent cruellement de moyens et de marge de manoeuvre. Ensemble, ils constitueront ce que l’on appelle la “force hybride”, ou l’UNAMID (United Nations-African Union Mission in Darfur). Au Darfour, cette région aride mais riche en pétrole, on estime que le conflit a fait 200 000 morts et plus de 2 millions de réfugiés depuis 2003. Les milices jenjawid, contrôlées par le gouvernement soudanais, commettent toujours des exactions contre les réfugiés. Des femmes et des enfants, qui sont aussi victimes des affrontements entre les groupes rebelles du Darfour. Pour protéger ces civils, l’UNAMID pourra avoir recours à la force en cas de légitime défense. Elle ne pourra, en revanche, pas saisir les armes illégales. Elle pourra simplement surveiller les trafics. Il a en effet fallu faire de nombreuses concessions pour parvenir à un accord, notamment avec la Chine, le principal soutien du régime de Karthoum, qui lui fournit des hydrocarbures. Mais les Etats-Unis se sont montrés fermes quant à cette résolution et ont déjà menacé le Soudan de sanctions s’il ne la respectait pas.