DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Election partielle au Liban à valeur de test pour les deux camps chrétiens

Vous lisez:

Election partielle au Liban à valeur de test pour les deux camps chrétiens

Taille du texte Aa Aa

Les Libanais votent aujourd’hui à Beyrouth et dans la montagne du Metn. Une législative partielle à laquelle beaucoup d‘électeurs participent une rose blanche à la main, car il s’agit de remplacer deux députés de la majorité antisyrienne assassinés. Des fleurs, et des militaires, le scrutin est placé sous haute surveillance. A Beyrouth le siège du sunnite Walid Eido, mort en juin dernier, semble acquis à la majorité. Le Metn fait en revanche figure de test dans la communauté chrétienne écartelée entre majorité et opposition. Il s’agit de la circonscription de Pierre Gemayel, chrétien maronite assassiné le 21 novembre 2006. L’ancien président Amine Gemayel, son père, affronte Camille Khoury, un candidat soutenu par Michel Aoun, le chef de l’opposition chrétienne. “ Nous espérons la paix dans ce pays, plus que tout autre chose. Nous espérons aussi avoir une unité chrétienne et une unité nationale plus tard.” Cet électeur résume le sentiment de bien d’autres : Le pays est en crise, les institutions sont paralysées, la situation politique est très tendue, les Libanais aspirent à autre chose. En attendant, pour parer tout incident pendant cette journée de vote, des milliers de policiers et de soldats ont été déployés à Beyrouth et au Metn.