DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fièvre aphteuse : deux laboratoires dans la ligne de mire des enquêteurs britanniques

Vous lisez:

Fièvre aphteuse : deux laboratoires dans la ligne de mire des enquêteurs britanniques

Taille du texte Aa Aa

L’enquête sur l’origine des deux foyers de fièvre aphteuse qui ont touché le sud-est de la Grande-Bretagne tend à incriminer un laboratoire. Les foyers voisins ont été détectés dans le Surrey. Les deux élevages contaminés ont été abattus, de peur d’une propagation du virus, très contagieux.

Selon un premier rapport d’enquête, ce sont les déplacements humains qui pourraient être à l’origine de l’infection. A huit kilomètres de là se trouvent deux laboratoires : l’Institute for Animal Health, un organisme gouvernemental, et Merial, co-entreprise de Merck et Sanofi-Aventis.

Selon le Premier ministre britannique Gordon Brown, “la probabilité qu’il s’agisse d’une contamination par l’air, provenant de l’un des laboratoires du site de Pirbright, est négligeable. Les enquêteurs semblent également écarter l’hypothèse d’une contamination par les eaux usées provenant du site infecté.”

Des zones de protection sont imposées dans un rayon de dix kilomètres autour des exploitations et de deux laboratoires de recherche où le virus a été manipulé. Il s’agit des premiers foyers de fièvre aphteuse signalés depuis l‘épizootie de 2001, qui a dévasté les élevages britanniques. Plus de six millions d’animaux avaient été alors incinérés.