DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Guatemala : une campagne électorale sanglante

Vous lisez:

Guatemala : une campagne électorale sanglante

Taille du texte Aa Aa

La violence redouble au Guatemala à un mois des élections présidentielle, législatives et municipales, programmées le 9 septembre. Le corps d’un candidat du parti de la prix Nobel de la Paix Rigoberta Menchu a été retrouvé dans le coffre de sa voiture, criblé de balles. Et ce n’est là qu’un tué de plus dans une campagne électorale d’une extrême violence. Comme en témoigne ce journaliste, directeur de Guatevision news, Eric Salazar : “En trois jours, il y a eu trois tentatives d’assassinat contre des membres du même parti. On ne sait pas ce qui se passe dans ce pays.”

Mais en vérité, toutes les formations sont visées. Notamment l’Union nationale pour l’espoir (UNE) du favori du scrutin présidentiel, Alvaro Colom. “Le Guatemala est infiltré par le crime à tous les niveaux, déplore-t-il. Et l’opération mains propres que mon parti a menée nous a coûté la vie de 14 personnes.” Le Guatemala n’avait pas connu une telle vague de violence depuis la fin de la guerre civile en 1996. Or, trafiquants de drogue et paramilitaires nostalgiques n’ont sans doute pas l’intention de s’arrêter là…