DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise politique a encore de beaux jours devant elle en Turquie

Vous lisez:

La crise politique a encore de beaux jours devant elle en Turquie

Taille du texte Aa Aa

Abdullah Gül, candidat déclaré à la présidence de la république en Turquie, promet de défendre la laïcité mais l’opposition prévient déjà qu’elle va boycotter son élection.

Gül est l’actuel ministre des Affaires étrangères et membre de l’AKP, le parti conservateur issu de la mouvance islamiste au pouvoir. Son parti a confirmé officiellement sa candidature à l‘élection présidentielle, pour laquelle les députés commencent à voter lundi prochain.

Le CHP, principal parti d’opposition, social-démocrate et laïque, a averti qu’il ne siègerait pas à l’assemblée durant l‘élection présidentielle.
Difficile en effet pour lui d’accepter une nouvelle fois un candidat qu’il a déjà rejeté au printemps, provoquant l’annulation du scrutin présidentiel faute de quorum suffisant.

“Si le président et le Premier ministre sont tous les deux du même parti, ils vont travailler seulement pour eux-mêmes, pense cet habitant d’Istanbul. A mon avis c’est mieux si quelqu’un en dehors de la majorité devient président”.

“Que sa femme soit voilée, ce n’est pas un problème, pense cette femme. Lui est fils de musulman, nous sommes tous fils de musulmans. Elle pourrait aussi bien ne pas porter le voile, c’est un choix personnel”.

Reste maintenant à Abdullah Gül à convaincre les nationalistes du MHP, qu’il a rencontrés ce mardi, de voter pour lui, ce qui pourrait suffir pour obtenir le quorum de députés et la majorité nécessaire à son élection.