DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Compte à rebours humanitaire au Pérou

Vous lisez:

Compte à rebours humanitaire au Pérou

Taille du texte Aa Aa

Des scènes de pillages, des affrontements avec les forces de l’ordre ; la tension monte au Pérou, dans les zones détruites par le tremblement de terre de mercredi. Les autorités ont recensé 80 000 sinistrés qui ont parfois du attendre 36 heures avant l’arrivée des secours. A Pisco, un marché a été mis à sac. Des camions chargés de vivres ont également été volés.

Les villes de Pisco, Chincha, Canete et Ica ont été les plus touchées par le séisme. Pisco est ainsi détruite à 80%. Une grande partie du sud du pays est privée de courant et d’eau potable. Les autorités estiment qu’il faudra une dizaine de jours avant d’apaiser la situation. Bien plus pour la reconstruction. Les habitants doivent se résoudre à camper au milieu des décombres. Tandis que les répliques à la secousse se multiplient. Un nouveau mouvement sismique d’une magnitude 5,5 sur l‘échelle de Richter a semé la panique dans la population hier. Un navire hôpital a été envoyé au large de Pisco. Ainsi qu’un bateau transportant des unités d’infanterie pour maintenir l’ordre.

Dans l’immédiat le dernier bilan fait état d’au moins 510 morts. Mais le président péruvien affirme qu’il pourrait encore augmenter. Des dizaines de corps se trouveraient toujours sous les décombres. L’ONU, L’Europe, les Etats-Unis et les pays limitrophes ont offert leur aide au Pérou. Un pays actuellement en hiver où les abris de secours manquent.