DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Athènes affronte la grogne croissante de la population au sixième jour de la vague d'incendie

Vous lisez:

Athènes affronte la grogne croissante de la population au sixième jour de la vague d'incendie

Taille du texte Aa Aa

Plus d’un millier de soldats du feu, la plupart originaires de pays étrangers, sont toujours mobilisés sur le front des incendies grecs. A moins de trois semaines des législatives, le Premier ministre, Costas Caramanlis, tente d’apaiser les esprits : “Il est des blessures qui ne peuvent être guéries. Il est néanmoins de notre devoir de faire tout notre possible afin d’atténuer la peine de nos concitoyens, de les aider à reprendre pied. Il nous faut faire tout ce qui est en notre pouvoir pour permettre aux résidents des régions sinistrées de ne pas perdre espoir.”

Le gouvernement évoque un complot pyromane. L’opposition manifeste. Emmenée par le socialiste George Papandreou, elle estime qu’une telle théorie menace la démocratie :

“Malheureusement ils n’ont pas été en mesure de sauver les vies de nos concitoyens, leurs biens ou leurs maisons, souligne le leader socialiste. Et malheureusement ils continuent à agir sans le sérieux ni le sens des responsabilités qu’exigent les circonstances.”

Cette vague d’incendies sans précédent dans le pays a fait au moins 64 morts. Près de 200.000 hectares sont partis en fumée, principalement dans le Péloponnèse et l‘île d’Eubée. Des incendies qui se poursuivent dans le sud de la Grèce mais cette fois aucune habitation n’est menacée.