DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Mostra de tous les superlatifs

Vous lisez:

La Mostra de tous les superlatifs

Taille du texte Aa Aa

La Mostra de Venise est le plus ancien festival de cinéma. Et c’est une affiche impressionnante qu’elle nous offre cette année. De Palma, Greenaway, Ang Lee, George Clooney ou Eric Rohmer ne sont que quelques unes des stars qui se retrouvent à la Cité des Doges cette année.

Projeté en ouverture de cette Mostra, et en compétition pour le Lion d’Or, “l’Expiation”, du jeune britannique Joe Wright, avec – entre autres – Keira Knightley et Vanessa Redgrave, dresse le portrait d’une adolescente qui se rêve romancière, avec la deuxième guerre mondiale en toile de fond.

Marco Müller, le directeur artistique du festival, s’est vu reprocher une sélection par trop hollywoodienne. Il s’explique :
“Nous ne choisissons pas les films parce que certaines stars jouent dedans, nous choisissons les films parce qu’ils sont magnifiques. C’est tout. Nous en avons sélectionné soixante, donc il est clair qu’il y a un système de priorités. Certains films étaient plus beaux et forts que d’autres”.

Pas moins de deux films en compétition évoquent la guerre en Irak. “Redacted”, de Brian de Palma, qui raconte le viol et le meurtre d’une adolescente irakienne par des soldats américains, et “In the Valley of Elah” de Paul Haggis, qui narre l’enquête d’un père sur la disparition de son fils, envoyé au front.

Il y a deux ans, Ang Lee avait remporté ici-même le Lion d’Or du meilleur film pour “Le Secret de Brokeback Mountain”, récompensé l’année suivante par l’Oscar du meilleur réalisateur. Preuve s’il en était besoin que la Mostra de Venise est un formidable tremplin pour les nouveaux films.

Cette année, le cinéaste taïwanais revient avec “Lust Caution”, un thriller d’espionnage qui se déroule dans les années 40 à Shanghaï, une oeuvre par ailleurs adaptée d’une grande auteure chinoise, Eileen Chang. Egalement parmi les vingt-deux films en compétition, “It’s a Free World”, le nouveau Ken Loach, et le dernier Eric Rohmer, “Les Amours d’Astrée et de Celadon”.