DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Assassinat d'Antoine Ghanem, député de la majorité anti-syrienne

Vous lisez:

Assassinat d'Antoine Ghanem, député de la majorité anti-syrienne

Taille du texte Aa Aa

Un nouvel attentat meurtrier à Beyrouth, et une nouvelle fois, c’est un député de la majorité anti-syrienne qui était visé : Antoine Ghanem n’a pas survécu à la très forte explosion qui s’est produite dans l’après-midi dans le quartier chrétien de Sin el-Fil.

C’est une voiture piégée qui a sauté causant la mort d’au moins cinq personnes et faisant de nombreux blessés. Antoine Ghanem avait élu député en 2000. Il était membre du parti Kataëb, intégré dans la majorité anti-syrienne.

Ce drame survient à quelques jours de l‘élection présidentielle, un scrutin sur fond de crise politique interne et de tension avec la Syrie. Le mandat de l’actuel président libanais s’achève en novembre, mais son successeur doit être désigné par les députés le 25 septembre prochain. Or, la mort d’Antoine Ghanem risque de creuser une plus les divisions dans les rangs de l’assemblée nationale.

Surtout, cet attentat s’ajoute à une liste de personnalités libanaises assassinées ces dernières années. En février 2005, c‘était l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Le dernier acte de ce genre date du 13 juin. Un député de la majorité anti-syrienne avait déjà trouvé la mort, en même temps que 9 autres personnes.

Au chapitre des réactions, les Etats-Unis ont condamné vigoureusement l’attentat d’aujourd’hui tout comme le conseil de sécurité de l’ONU.